Le Blog de Nicolas Beretti

Avec de l'entrepreneur et de l'auteur à l'intérieur


Poster un commentaire

Update: Comment doubler votre vitesse de lecture en 10 minutes

La lecture est un processus cognitif complexe effectué par le cerveau à une vitesse phénoménale. Pourtant, si vous êtes un lecteur lambda, sachez que malgré cette vitesse déjà élevée dans l’absolu, vous êtes incroyablement lent par rapport à la vitesse que vous pourriez atteindre avec un peu d’entrainement.

Augmentez TOUT DE SUITE votre vitesse de lecture

Comme tout le monde, vous avez majoritairement cessé d’apprendre à lire vers la fin de l’école primaire, comme si c’était un acquis parfait et que plus aucun progrès n’était possible dans le domaine. Or, sachez qu’on vous a simplement appris à déchiffrer les lettres, pour comprendre le sens des mots. Ensuite, c’est l’habitude de la lecture qui vous a permis de lire relativement vite, et de ne plus déchiffrer les mots avec votre doigt comme en primaire. Sachez cependant que comme pour toute pratique, en lecture aussi une (énorme) marge de progression vous est encore accessible : c’est l’intérêt de la lecture rapide.

Si vous ne me croyez pas, copiez-collez le texte de tout cet article dans le cadre prévu à cet effet ici. Puis, juste sous ce cadre, réglez la vitesse des mots qui défilent à 600 mots / minutes (2 fois la vitesse de lecture moyenne). Prenez une grande inspiration, détendez-vous, et cliquez sur « lecture ». Vous verrez que vous aurez tout compris à la fin (peut-être pas les chiffres, mais tout le reste si).

La lecture mobilise principalement la vue, et deux différentes mémoires : la mémoire visuelle et la mémoire sémantique. Schématiquement, pendant votre lecture, voici ce qui se passe : votre oeil voit les mots, envoie les images de ces mots au cerveau qui va comparer ces images à ce qu’il connait déjà (mémoire visuelle) avant de leur attribuer un sens (mémoire sémantique), ce qui vous permet de comprendre la phrase rapidement (sauf si c’est une phrase de Stephen Hawking). Vous le devinez déjà, s’il est moins évident de jouer à très court terme sur la vitesse de fonctionnement de la mémoire, c’est donc sur votre capacité à reconnaître les mots qu’on va, ici, pouvoir jouer. Imaginez que vous puissiez lire ne serait-ce que deux fois plus vite qu’avant : considérant le volume d’informations que vous lisez tous les jours pour le travail (journaux, rapports imprimés sous PowerPoint, sites internet, livres, blogs…), doubler votre vitesse de lecture, c’est soit diviser par deux votre temps de lectures pénibles, soit multiplier par deux le volume d’informations traitées dans le même laps de temps. Et on ne parle ici que d’un facteur 2. Car votre vitesse de lecture peut en effet être multipliée par 3 ou 4 avec un peu d’entrainement. John F. Kennedy pouvait, selon la légende, lire à plus de 1200 mots / minute – la preuve formelle n’a jamais été apportée, mais une telle vitesse de lecture n’est a priori pas humainement impossible. A titre de comparaison, un lecteur moyen se situe aux alentours de 200/300 mots par minute. Cela signifie qu’à chaque ligne, votre regard «s’arrête» en moyenne entre 6 à 10 fois sur les mots, de manière inconsciente (tout comme le mouvement perpétuel de vos yeux, à très haute fréquence, vous est parfaitement imperceptible).

Par exemple, dans la phrase ci-dessous, voici en gras les mots sur lesquels les yeux d’un lecteur moyen vont s’arrêter pendant la lecture :

Le vieux professeur de l’Université avait soutenu une thèse sur l’apport du romantisme bavarois à l’industrie textile néo-zélandaise.

Ce que à quoi vous devez aboutir avec un brin d’entrainement, c’est être capable de lire et comprendre cette même phrase en ne vous arrêtant qu’aux mots en gras ci-dessous :

Le vieux professeur de l’Université avait soutenu une thèse sur l’apport du romantisme bavarois à l’industrie textile néo-zélandaise.

Lorsqu’en lisant cette phrase, vous limitez vos «arrêts» aux 4 mots en gras ci-dessus, vos yeux suivent «en ligne droite» la phrase d’un mot en gras à un autre mot en gras, en faisant moins de «pauses», et donc moins de saccades. Pourquoi ? Tout se passe comme si un fil invisible , passant à travers les mots qui ne sont pas en gras, guidait vos yeux entre chaque mot en gras. Et votre vision périphérique, guidée par ce fil invisible, entre en action pour déchiffrer les mots intermédiaires, que vous lisez alors «par paquet», comme illustré ci-dessous :

- Le vieux - professeur - de l’Université avait - soutenu - une thèse sur - l’apport - du romantisme bavarois à -l’industrie - textile néo-zélandaise - .

Votre lecture n’est-elle pas plus fluide comme ça, et franchement plus rapide ? Attention, il ne s’agit toutefois pas de survoler les textes sans les comprendre. La lecture rapide vous permettra de lire avec autant d’efficacité qu’une lecture normale ; votre nouvelle vitesse de lecture deviendra tout simplement votre vitesse normale.

Comment est-ce possible ? Tout simplement en faisant un recours plus important, comme on vient de voir, à votre vision périphérique, que vous n’avez pas appris à solliciter à l’école primaire pour apprendre à lire. En lisant comme à votre habitude, tout se passe comme si vos yeux prenaient la peine de discerner nettement chaque mot. C’est un effort louable certes, mais inutile…car vous n’utilisez alors pas la capacité de votre vision périphérique à reconnaitre les formes. C’est un peu comme voir le monde en fermant un oeil : vous vous privez d’informations. Si je reprends l’exemple ci-dessus, l’idée est de balayer du regard la phrase en «visant» un mot sur trois ou quatre, et non en lisant mot à mot.

En recourant à la technique des «mots cibles» vue plus haut, vos yeux, grâce à la vision périphérique, vont enregistrer «à votre insu» la forme des mots qui s’intercalent entre chacun de vos mots cibles ; votre cerveau, qui, lui, réfléchit beaucoup plus vite que vous, les verra et les reconnaitra tout autant que si vous aviez pris la peine de vous arrêter dessus. Dès lors, vous gagnez un temps fou.

La méthode de Tim Ferriss pour doubler votre vitesse de lecture en 10 minutes

  1. Pendant 2 minutes, entrainez-vous à lire en suivant chaque ligne du doigt, ou avec un stylo. Le «guide visuel» que vous avez ainsi créé empêchera votre oeil de revenir en arrière et de faire trop de saccades.
  2. Pendant 1 minutes, lisez chaque ligne en commençant par le 2ème mot à partir du début et en finissant par le 2ème mot avant la fin.
  3. Pendant 1 minute, lisez chaque ligne en commençant par le 3ème mot à partir du début et en finissant par le 3ème mot avant la fin. Au fur et à mesure que vous y parvenez, tentez d’aller directement concentrer votre regard vers le milieu de la ligne.
  4. Pendant 3 minutes, et une fois que vous êtes à l’aise avec la pratique précédente, essayez de lire les phrases en ne faisant que deux fixations maximum par ligne.
  5. Pendant les 3 dernière minutes de votre entrainement express, lisez quelques pages au hasard en vous forçant à mettre en pratique ces techniques, même si vous ne comprenez pour le moment pas tout. Cela habituera vos yeux et votre cerveau à une nouvelle vitesse de lecture, que vous apprendrez rapidement à maitriser par la suite. L’idée est de vous entrainer à lire 2 ou 3 fois plus vite que la vitesse de lecture augmentée finale que vous visez (si vous voulez lire à 800 mots/minutes, pratiquez à 1600 mots/minute)

Entrainez-vous à la lecture rapide sur Internet avec vos propres textes

Vous avez sous la main un dossier PDF interminable à lire ? Un rapport, un cours, un compte-rendu ? Copiez-collez ce texte sur la page http://zapreader.com/ indiquée plus haut et réglez la vitesse de lecture suivant votre objectif. Simple et gratuit pour progresser.

Testez votre vitesse de lecture sur internet

Il existe des tas de manières de s’entrainer à la lecture rapide. Les logiciels en sont un ; Internet vous offre également des sites pour tester et mesurer votre vitesse de lecture ; enfin, les heureux propriétaires d’Ipad pourront s’entrainer avec une application dédiée. Mais voici déjà quelques sites, ici, ici et ici (vous pourrez en trouver beaucoup d’autres par vous-même) proposant un test indicatif de votre vitesse de lecture, si vous voulez pouvoir mesurer vos progrès.

Ces sites proposent en même temps un test de compréhension, ce qui est primordial en lecture rapide : il ne s’agit en effet nullement de lire sans comprendre. Pour vérifier, donc, si vous avez pu lire vite et bien, ces sites vous proposent de répondre à quelques questions sur le contenu de ce que vous venez de lire. Vous verrez qu’il n’est pas si évident de lire à vitesse rapide tout en obtenant 100% de compréhension / mémorisation, mais encore une fois, soit vous décidez de passer 80% du temps à lire des textes dont vous n’utiliserez que 20%, soit vous décidez de passer 20% du temps à lire des textes que vous utiliserez, cette fois, à 80%, parce que votre lecture rapide vous aura permis de faire le tri efficacement entre le bon et le mauvais grain.


Poster un commentaire

Joyeux Noël en dessin pour tous !

Chères lectrices et chers lecteurs,

Pour vous souhaiter de belles fêtes de fin d’année, j’ai tenté (je dis bien « tenté ») de vous dessiner un autoportrait pour vous souhaiter un Joyeux Noël ! On le dira flatteur ou trompeur, comme vous voulez, mais sur Ipad, c’est pas facile facile de dessiner :)

A bientôt pour de nouveaux articles sur l’entrepreneuriat, le développement personnel, l’Univers et le reste!

Nicolas

Joyeux Noël !

JOYEUX NOËL A TOI, LECTRICE ET LECTEUR !


1 commentaire

Prospective expresse: demain, quand les robots seront une menace pour l’homme

Ce matin, au cours d’une conférence à l’ESP, on a eu avec les étudiants une discussion sur les progrès de la robotique et de l’intelligence artificielle. Je leur faisais part de mon pessimisme quant à cette improbable « sortie de crise » (économique) dont plus personne ne parle, et qu’il leur fallait se préparer, notamment, à être freelance, de manière contrainte ou volontaire mais inéluctable.

Or les progrès en intelligence artificielle sont à mon sens une menace directe et sous-estimée pour l’emploi. Dans son livre, Gilles Babinet explique par exemple que d’ici 5 ans, les robots ménagers seront capables de nettoyer intégralement une chambre d’hôtel, en faisant le distinguo entre le bout de papier qu’il convient de jeter et le bout de papier sur lequel le client a griffonné un numéro de téléphone et qu’il souhaite retrouver là en revenant dans sa chambre. Si, d’un point de vue technologique, c’est impressionnant, du point de vue de tous les employés de ménage du monde, c’est inquiétant. Car dès lors, la suite est inévitable: un robot coûte bien moins cher et travaille bien plus qu’un humain. Exit les personnels de ménage…et donc d’entretien, partout dans le monde. Le chômage de masse à venir va être terrible le temps que la transition vers la « fin du travail » soit achevée…

Tant qu’à faire, autant également supprimer les postes de vendeurs en magasin: un robot fait ça bien mieux et pour moins cher ! C’est tout le projet de Fellow Robots. Nestlé, pour sa part, a déjà acheté (« embauché »?) 1 000 robots Pepper (ci-dessous) pour ses magasins de café au Japon. Depuis juin 2014, ces mêmes robots, capables de vous conseiller et qui communiquent entre eux pour se transmettre ce qu’ils ont appris, sont « employés » à l’accueil des agences japonaises SoftBank.

JAPAN-SWITZERLAND-ROBOT-COMPANY-NESTLE-FILES

Les robots Pepper au Japon – ©Le Figaro

De son côté, Microsoft va un poil plus loin en protégeant son campus de la Silicon Valley avec des robots autonomes. Des robots surveillants. Vous allez me dire, rien à craindre, ces robots sont bien trop stupides pour être une menace pour nous, ils ne « comprennent pas » leur environnement et font ce qu’on leur demande de faire. Vous allez me dire peut-être que s’ils sont équipés d’une analyse des comportements, de la reconnaissance des visages, de détecteurs chimiques et biologiques, d’une vision nocturne et d’une caméra thermique, c’est pour la chasse au papillon ?

Parlons alors de cette étonnante innovation annoncée par Google la semaine dernière: un algorithme capable de « lire » une photo et de l’interpréter presque comme un humain le ferait. Autrement dit, dans un futur pas lointain du tout, les robots seront capables de « comprendre » le contexte dans lequel ils évoluent en « lisant » et interprétant leur environnement. A la différence que si nous autres humains mettons un temps incroyable à traiter une information (forcément, avec un signal nerveux se « trainant » à 2m/s), un robot peut être 1 000 fois plus rapide. Il comprendra donc bientôt son environnement comme nous, mais en beaucoup plus rapide. Dès lors, il deviendrait « meilleur » en prise de décision pour les situations d’urgence par exemple (et pour commencer – ensuite viendront les applications militaires).

Saupoudrons tout ceci:

- d’un peu de progrès en intelligence artificielle visant à reproduire un cerveau humain, notamment ceux concernant les « puces neuromorphiques » - mimant la façon dont nos neurones fonctionnent et apprennent ;

- d’un brin d’ordinateur quantique, qui promet des performances proprement ahurissantes en exploitant les lois de la mécanique quantique tout en offrant une plus extrême miniaturisation ;

- du fait que nous opérons des drones militaires dans le monde entier qui, chaque jour, au nom de la lutte contre le terrorisme, tuent des humains – pour le moment, a priori il y a un pilote aux commandes à 8 000 km de leur zone d’opération ;

- du point de vue d’Elon Musk, quelqu’un qui a oublié d’être bête, sur les dangers inévitables des progrès de l’intelligence artificielle ;

… et vous obtenez à mon sens un parfait cocktail de signaux de moins en moins faibles quant à l’imminence de l’arrivée de robots armés capables de décider seuls d’éradiquer telle ou telle « menace terroriste » – de tuer un homme (la « menace terroriste » étant un prétexte on ne peut plus pratique pour faire passer n’importe quelle loi de nos jours – nous sommes massivement surveillés).

Parano ? Un peu, sans doute. Je dis juste: ne nous aveuglons pas non plus. La logique capitaliste commande et encourage depuis 40 ans le recours massif aux robots dès que possible. Les mêmes entreprises qui développent des technologies civiles de pointe (« gentilles ») travaillent également pour les armées (Boeing, Dassault ou Airbus, par exemple) où elles développent les armes les plus sophistiquées du monde. Je doute qu’il y ait un silo si profond que ça entre les deux activités.

Coucou !

Coucou !

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 915 autres abonnés