Le Blog de Nicolas Beretti

Avec de l'entrepreneur et de l'auteur à l'intérieur


1 commentaire

Plus grand, plus fort, plus méchant

Il revient !

« Stop au PowerPoint! », mon premier bouquin, a fait peau neuve. Plus de contenus, encore plus de (mauvais) jeux de mots, de la charge violente et sans concession contre PowerPoint, cette 2ème édition n’a pas peur d’aller au combat et de dénoncer, noms à l’appui, les responsables de ce désastre intellectuel  qu’on nomme « slides ».

Après un passage en chirurgie esthétique, la couverture elle aussi a pris un coup de jeune, et plus lumineuse que jamais, elle vous attend avec impatience dans toutes les bonnes librairies, FNAC et autres Amazon. Comme il n’y a pas encore de commentaires sur cette nouvelle édition, le premier qui en laisse un et y inclut la phrase « Pourquoi, il fallait que j’en prende ? » gagne un petit cadeau.

Capture d’écran 2016-04-01 à 11.31.04

Encore plus méchant: Stop au PowerPoint 2, le Retour.

Merci d’éviter de provoquer des émeutes si jamais il ne devait rester qu’un seul exemplaire du livre; nous tâcherons d’acheminer les 12 millions d’exemplaires produits dans les plus brefs délais. On m’a reporté en effet des échauffourées dans certaines paisibles villes de province, et la plupart des préfets, bien que prévenus de la sortie du livre, n’ont pas nécessairement pris la mesure des attroupements que cela va générer devant les libraires.

Soyez donc patients, et d’ici là, bonne lecture !

2564223-emeutes-de-villiers-le-bel-7-a-15-ans-de-prison-requis-en-appel

« On veut Stop au PowerPoint! On veut Stop au PowerPoint! » C’est ce que scandaient ces jours-ci ces d’ordinaire paisibles habitants d’une petite ville de province frustrés de constater que l’ouvrage était déjà en rupture de stock dans toute la France.


Poster un commentaire

Que pourrais-je vous souhaiter ?

L’année 2015 est passée comme une ombre et déjà, nous sommes en 2016. Le temps file bien, bien trop vite; il est chaque jour plus précieux, alors pour cette nouvelle année, je voudrais vous souhaiter surtout de bien utiliser votre temps. 

C’est votre plus précieuse ressource, la seule réellement non renouvelable que vous possédez. Tout le reste peut s’acheter.

Utilisez du temps pour voyager, aimer, apprendre, comprendre.

Ne gâchez pas du temps pour envier, copier, râler, haïr.

Investissez votre temps au service de votre créativité, quelle qu’elle soit ; ne dépensez pas votre temps à chercher à être ce que vous n’êtes pas. Vous perdrez votre temps, et vous vous perdrez vous-même sinon.

Bref, comme dirait Gandalf: tout ce que nous avons à faire, c’est décider quoi faire du temps qui nous est imparti.

Cette année, je ne sais pas quel est le temps qu’il me sera donné, mais j’espère réussir à prendre le temps d’écrire un 3ème livre dont vous devinez déjà le thème. J’espère voyager et dessiner. J’espère aimer (c’est quand même mieux à deux tout ça!). J’espère pouvoir écrire encore des articles où, quoi qu’ils valent, j’ai l’impression d’y avoir mis mes tripes (comme celui-là ou celui-là). Et j’espère que vous continuerez  à me laisser des commentaires,  à m’envoyer des messages, des critiques, des mercis, tout ce que vous voulez. 

Je vous souhaite sagesse, bonheur et de bien décider quoi faire du temps qui vous est donné pour cette vie !

 

Fantanial


Poster un commentaire

Les mots en mieux

L’inénarrable Thomas Degonde – l’homme qui s’est fait insulter par un acteur oscarisé, Tom, le mec que je connais depuis l’époque de la nature a, outre un talent fantanial pour la guitare, une grande capacité à inventer des mots mieux pour parler d’une chose. Si, au cours des années passées, j’ai oublié l’immense majorité de ces mots qu’il a inventés et qui devraient vraiment exister, je voulais laisser à ceux qui me sont restés en tête une chance de passer à la postérité. Parce que c’est grâce à des types comme lui que la langue française peut devenir mieux.

Pour que des concepts aussi évidents que la tousseulitude puissent enfin vivre la vie linguistique qu’ils méritent. Hommage à toi, Tom, et que les Mille Vierges de l’Outre-Espace te protègent, toi et ta descendance sur les cent prochaines générations.

Tousseulitude

Lire la suite

Allégorie du Piège de la Passion
©NicolasBeretti


7 Commentaires

The first step to find your passion is to not give a fuck about finding your passion

Il y a quelques jours, j’ai été invité à donner une conférence TED-like chez Thalès, devant une centaine de jeunes ingénieurs. Le truc m’intéressait énormément car le sujet que je leur ai proposé portait sur ce qui pourrait être mon 3ème livre – si un jour je me décide à l’écrire, à savoir, arrêter de subir sa vie et en devenir le maitre. Vaste sujet maintes fois traité par des gens bien meilleurs que moi, mais je n’arrive pas à me résoudre à arrêter d’y travailler. Or donc ce talk de 10min chez Thalès pouvait me fournir un excellent moyen de tester le speech que j’avais rédigé quelques jours avant dans un TGV. Bien entendu, je n’avais pas pu le répéter ne serait-ce qu’une fois, donc le jour J, j’ai été incapable de respecter le timing de 10min, d’autant plus qu’il fallait faire le speech en anglais, mais je me suis dit que j’aimerais beaucoup vous soumettre, à vous lecteurs exigeants, cet embryon de réflexion sur la question qui peut-être vous obsède autant que moi: mais enfin, quoi faire de sa vie ?

Les lignes qui suivent sont donc tirées de ce speech de 20 min et sont une première ébauche – encore incomplète – d’un éventuel troisième livre. Je prends donc le risque de me mettre tout nu ici et vous soumets ce texte. L’idée est surtout de recueillir, pour ceux qui seront assez patients pour lire jusqu’au bout, leurs impressions et surtout critiques. Le sujet m’obsède depuis belle lurette et en faire un livre me soulagerait pas mal je crois. Vous noterez par ailleurs que le titre et certaines illustrations que j’avais préparées pour la conférence sont en anglais, je les ai gardés tels quels pour cet article. Mais voici donc l’article qui commence avec un titre que j’ai réussi à placer tel quel chez Thalès:

The first step to find your passion

©NicolasBeretti

(Ou: comment trouver sa p**** de passion)

Lire la suite

Innovation Map


2 Commentaires

Economisez 30 000 euros de consulting avec ce graphique

A l’occasion d’une conférence que je menais dans une entreprise, et où l’on parlait notamment d’innovation, ma cliente me demande de lui envoyer quelques liens intéressants sur le sujet. Il me revient alors en mémoire un TEDx de Guy Kawasaki, bonhomme dont j’ai déjà parlé mille fois ici, et en le re-regardant, je me suis dit qu’il fallait que je partage avec vous le passage qui me semble vraiment intéressant sur l’épineuse question du positionnement d’une idée, afin de pouvoir répondre une fois pour toute à cette fameuse question: « mon idée X ou Y est-elle finalement fumeuse ou réellement prometteuse ? » 

Comment positionner simplement votre innovation ?

Avoir des idées, c’est facile. Tout le monde en a, mais seuls certains d’entre vous les mènent même avec brio au stade de la réalisation (je pense à mon amie Raphaëlle et son pot de fleurs connecté MEG). Innover suppose prendre un risque, celui de se planter, de ne pas réussir à donner vie à son idée, ou celui de voir les clients ne pas l’acheter. Or, rien n’est plus difficile que de rester objectif quant à ses propres idées: par définition, si on les a eues, c’est pour une raison, et cette raison (plus ou moins obscure) nous pousse à croire qu’on a raison. C’est confondre enthousiasme et nécessité !

On peut être passionné par la collection de petites cuillères en bois, ça n’en fera pas moins un sujet de business difficilement réalisable. De même, devant une interminable ToDo list, on a bien souvent tendance à commencer par ce qui nous coûte le moins d’efforts, fainéants que nous sommes, alors même que peut-être, la vraie priorité est ailleurs. 

Or donc Guy Kawasaki dans ce TEDx Berkeley nous donne une grille d’analyse simple à mettre en oeuvre pour positionner vous-même votre idée – et économiser, comme il le précise malicieusement, un paquet de dollars en factures MacKinsey.

Lire la suite


Poster un commentaire

Cette vidéo que vous ne devez pas regarder

Je n’ai pas pour habitude de publier des vidéos sur ce blog, mais celle-ci mérite vraiment que vous preniez 8min pour la regarder en entier. Surtout si, comme tant d’autres, vous sentez bien au fond de vous que votre propre vie vous échappe, prise dans les contraintes et les rythmes imposés par un système qui tourne en rond ; que tout n’est qu’une vaste blague un peu inutile et qu’au fond, vous n’êtes rien. Car c’est bien tout le drame et l’absurde de ce que nous sommes, avec nos Iphone 7 et nos crédits sur 45 ans: rien.

La question du pourquoi de nos vies me passionne, principalement parce que j’ai l’intime conviction que chercher à répondre à cette question c’est donner un sens à sa vie, et je trouve cette vidéo est extrêmement puissante pour vous mettre face à vous-même, face à une grande question, le tout en 8min. 

Je crois aussi que l’entrepreneuriat est une des manières les plus efficaces et brutales pour aider à affronter cette question et y apporter des réponses, parce que devenir responsable de votre propre liberté vous oblige à vous interroger intensément sur tout ça – mais je ne sais pas ce qu’en pensent les autres entrepreneurs qui liraient ce billet ?

Je retiens tout particulièrement une phrase que je voudrais partager ici tant elle est malheureusement vraie:

« Nous taillons le monde en pièces à la recherche de la joie, sans jamais regarder au fond de nous »

Que vous soyez au bureau ou chez vous, bloquez les 8 prochaines minutes, montez le son et regardez:

Barre défilement


Poster un commentaire

#ViteFaitBienFAit: lisez n’importe quoi en ligne 2 à 3 fois plus vite sans effort

Vous le savez peut-être, je suis (un peu) obnubilé par l’efficacité. Or dans nos métiers du tertiaire (pour ceux que cela concerne), la matière brute que vous manipulez à longueur de journée reste de l’information. Tant que vous ne serez pas maçon ou ébéniste (et c’est dommage, car il en manque), vous passez le plus clair de votre temps à ingurgiter de l’information d’un côté et à la transformer en une autre information de l’autre (rapport, note, PowerPoint, « reco », « pitch », ce que vous voulez).

Autrement dit, plus vous serez capable « d’ingurgiter » de l’info rapidement, moins de temps cela vous prendra et plus vous aurez de temps pour faire autre chose. Combien de temps passez-vous chaque jour à lire ? 3 heures ? Faites le compte, c’est énorme. Pensez à toutes ces notes, ces synthèses, ces documents Word, ces pages Wikipedia, ces dossiers PDF… 5 heures par jour ? Imaginez que vous divisiez ce temps de lecture par 2. Juste par 2. C’est facile, voici comment.

Lire la suite