Le Blog de Nicolas Beretti

Avec de l'entrepreneur et de l'auteur à l'intérieur

Comment apprendre la lecture rapide en 10 min ?

La lecture est un processus cognitif complexe effectué par le cerveau à une vitesse phénoménale. Pourtant, si vous êtes un lecteur lambda, sachez que malgré cette vitesse déjà élevée dans l’absolu, vous êtes incroyablement lent par rapport à la vitesse que vous pourriez atteindre avec un peu d’entrainement.

Augmentez TOUT DE SUITE votre vitesse de lecture

Comme tout le monde, vous avez majoritairement cessé d’apprendre à lire vers la fin de l’école primaire, comme si c’était un acquis parfait et que plus aucun progrès n’était possible dans le domaine. Or, sachez qu’on vous a simplement appris à déchiffrer les lettres, pour comprendre le sens des mots. Ensuite, c’est l’habitude de la lecture qui vous a permis de lire relativement vite, et de ne plus déchiffrer les mots avec votre doigt comme en primaire. Sachez cependant que comme pour toute pratique, en lecture aussi une (énorme) marge de progression vous est encore accessible : c’est l’intérêt de la lecture rapide.

Si vous ne me croyez pas, copiez-coller le texte ci-dessous dans le cadre prévu à cet effet ici. Puis, juste sous ce cadre, réglez la vitesse des mots qui défilent à 600 mots / minutes (2 fois la vitesse de lecture moyenne). Prenez une grande inspiration, détendez-vous, et cliquez sur « lecture ». Vous verrez que vous aurez tout compris à la fin (peut-être pas les chiffres, mais tout le reste si).

La lecture mobilise principalement la vue, et deux différentes mémoires : la mémoire visuelle et la mémoire sémantique. Schématiquement, pendant votre lecture, voici ce qui se passe : votre oeil voit les mots, envoie les images de ces mots au cerveau qui va comparer ces images à ce qu’il connait déjà (mémoire visuelle) avant de leur attribuer un sens (mémoire sémantique), ce qui vous permet de comprendre la phrase rapidement (sauf si c’est une phrase de Stephen Hawking). Vous le devinez déjà, s’il est moins évident de jouer à très court terme sur la vitesse de fonctionnement de la mémoire, c’est donc sur votre capacité à reconnaître les mots qu’on va, ici, pouvoir jouer. Imaginez que vous puissiez lire ne serait-ce que deux fois plus vite qu’avant : considérant le volume d’informations que vous lisez tous les jours pour le travail (journaux, rapports imprimés sous PowerPoint, sites internet, livres, blogs…), doubler votre vitesse de lecture, c’est soit diviser par deux votre temps de lectures pénibles, soit multiplier par deux le volume d’informations traitées dans le même laps de temps. Et on ne parle ici que d’un facteur 2. Car votre vitesse de lecture peut en effet être multipliée par 3 ou 4 avec un peu d’entrainement. John F. Kennedy pouvait, selon la légende, lire à plus de 1200 mots / minute – la preuve formelle n’a jamais été apportée, mais une telle vitesse de lecture n’est a priori pas humainement impossible. A titre de comparaison, un lecteur moyen se situe aux alentours de 200/300 mots par minute. Cela signifie qu’à chaque ligne, votre regard «s’arrête» en moyenne entre 6 à 10 fois sur les mots, de manière inconsciente (tout comme le mouvement perpétuel de vos yeux, à très haute fréquence, vous est parfaitement imperceptible).

Par exemple, dans la phrase ci-dessous, voici en gras les mots sur lesquels les yeux d’un lecteur moyen vont s’arrêter pendant la lecture :

Le vieux professeur de l’Université avait soutenu une thèse sur l’apport du romantisme bavarois à l’industrie textile néo-zélandaise.

Ce que à quoi vous devez aboutir avec un brin d’entrainement, c’est être capable de lire et comprendre cette même phrase en ne vous arrêtant qu’aux mots en gras ci-dessous :

Le vieux professeur de l’Université avait soutenu une thèse sur l’apport du romantisme bavarois à l’industrie textile néo-zélandaise.

Lorsqu’en lisant cette phrase, vous limitez vos «arrêts» aux 4 mots en gras ci-dessus, vos yeux suivent «en ligne droite» la phrase d’un mot en gras à un autre mot en gras, en faisant moins de «pauses», et donc moins de saccades. Pourquoi ? Tout se passe comme si un fil invisible , passant à travers les mots qui ne sont pas en gras, guidait vos yeux entre chaque mot en gras. Et votre vision périphérique, guidée par ce fil invisible, entre en action pour déchiffrer les mots intermédiaires, que vous lisez alors «par paquet», comme illustré ci-dessous :

Le vieux professeur de l’Université avait soutenu une thèse sur l’apport – du romantisme bavarois à l’industrie textile néo-zélandaise .

Votre lecture n’est-elle pas plus fluide comme ça, et franchement plus rapide ? Attention, il ne s’agit toutefois pas de survoler les textes sans les comprendre. La lecture rapide vous permettra de lire avec autant d’efficacité qu’une lecture normale ; votre nouvelle vitesse de lecture deviendra tout simplement votre vitesse normale. Comment est-ce possible ? Tout simplement en faisant un recours plus important, comme on vient de voir, à votre vision périphérique, que vous n’avez pas appris à solliciter à l’école primaire pour apprendre à lire. En lisant comme à votre habitude, tout se passe comme si vos yeux prenaient la peine de discerner nettement chaque mot. C’est un effort louable certes, mais inutile…car vous n’utilisez alors pas la capacité de votre vision périphérique à reconnaitre les formes. C’est un peu comme voir le monde en fermant un oeil : vous vous privez d’informations. Si je reprends l’exemple ci-dessus, l’idée est de balayer du regard la phrase en «visant» un mot sur trois ou quatre, et non en lisant mot à mot.

Pour vous donner un exemple de l’efficacité de la vision périphérique, vous allez lire ci-dessous une phrase, que j’ai pris soin de souligner : fixez la ligne et seulement la ligne, et balayez toute la phrase sans essayer de lire les mots. Vous verrez que vous aurez quand même lu la phrase sans aucun problème :

Vous ne lisez pas ces mots mais pourtant vous les voyez, c’est fou hein ?

En recourant à la technique des «mots cibles» vue plus haut, vos yeux, grâce à la vision périphérique, vont enregistrer «à votre insu» la forme des mots qui s’intercalent entre chacun de vos mots cibles ; votre cerveau, qui, lui, réfléchit beaucoup plus vite que vous, les verra et les reconnaitra tout autant que si vous aviez pris la peine de vous arrêter dessus. Dès lors, vous gagnez un temps fou.

La méthode de Tim Ferriss pour doubler votre vitesse de lecture en 10 minutes

  1. Pendant 2 minutes, entrainez-vous à lire en suivant chaque ligne du doigt, ou avec un stylo. Le «guide visuel» que vous avez ainsi créé empêchera votre oeil de revenir en arrière et de faire trop de saccades.

  2. Pendant 3 minutes, lisez chaque ligne en commençant par le 3ème mot à partir du début et en finissant par le 3ème mot avant la fin. Au fur et à mesure que vous y parvenez, tentez d’aller directement concentrer votre regard vers le milieu de la ligne.
  3. Pendant 2 minutes, et une fois que vous êtes à l’aise avec la pratique précédente, essayez de lire les phrases en ne faisant que deux fixations maximum par ligne.
  4. Pendant les 3 dernière minutes de votre entrainement express, lisez quelques pages au hasard en vous forçant à mettre en pratique ces techniques, même si vous ne comprenez pour le moment pas tout. Cela habituera vos yeux et votre cerveau à une nouvelle vitesse de lecture, que vous apprendrez rapidement à maitriser par la suite.

Testez en live votre vitesse de lecture sur internet

Il existe des tas de manières de s’entrainer à la lecture rapide. Les logiciels en sont un ; Internet vous offre également des sites pour tester et mesurer votre vitesse de lecture ; enfin, les heureux propriétaires d’Ipad pourront s’entrainer avec une application dédiée. Mais voici déjà quelques sites (vous pourrez en trouver beaucoup d’autres par vous-même) proposant un test indicatif de votre vitesse de lecture, si vous voulez pouvoir mesurer vos progrès :

http://www.mes-exams.com/lecture-rapide/lecture-rapide-test.htm#start

http://www.je-lis-vite.com/

– http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/test-de-vitesse-de-lecture/ (là, vous aurez du Sénèque à lire, vous êtes prévenu)

Ces sites proposent en même temps un test de compréhension, ce qui est primordial en lecture rapide : il ne s’agit en effet nullement de lire sans comprendre. Pour vérifier, donc, si vous avez pu lire vite et bien, ces sites vous proposent de répondre à quelques questions sur le contenu de ce que vous venez de lire. Vous verrez qu’il n’est pas si évident de lire à vitesse rapide tout en obtenant 100% de compréhension / mémorisation, mais encore une fois, soit vous décidez de passer 80% du temps à lire des textes dont vous n’utiliserez que 20%, soit vous décidez de passer 20% du temps à lire des textes que vous utiliserez, cette fois, à 80%, parce que votre lecture rapide vous aura permis de faire le tri efficacement entre le bon et le mauvais grain.

La lecture rapide sur Ipad

Si vous possédez un Ipad et que la lecture rapide vous intéresse vraiment, une application très bien faite peut vous aider à progresser grâce à des exercices ludiques : «Acceleread». Son avantage est d’être moins austère que les autres, et de proposer différents petits exercices ludiques et bien faits, suivant votre niveau. Et comme vous n’avez qu’à déverrouiller l’écran de l’Ipad pour l’utiliser, un court trajet de métro ou de bus suffit pour faire un exercice.

Le tarif n’est pas exorbitant (7,99$), néanmoins, n’investissez dans cette application que si vous avez fait le tour des techniques précédemment évoquées, que vous lisez déjà très vite et que vous voudriez progresser encore pour viser les championnats du monde de lecture…En outre, l’application, à l’heure où ces lignes sont écrites, n‘existe qu’en anglais. En soi, ce n’est pas dramatique, mais vous ne serez jamais aussi rapide qu’avec votre langue maternelle : vos yeux reconnaissent les formes des mots en un millième de seconde, là il faudra un peu plus de temps pour une autre langue.