Sur la nature physique du Temps – cosmologie de comptoir

Décidément, ces trajets en TGV donnent vraiment le temps de laisser divaguer son cerveau.

J’ai encore du passer pour un fou à fixer la vitre (d’autant qu’il faisait nuit) pendant 1h sans bouger, alors que dans ma tête des idées plutôt bizarres se bousculaient, luttaient à mort pour survivre, disparaissaient pour mieux revenir, et finalement…eh bien me revoilà avec encore un flot de considérations sur des sujets qui dépassent largement mes compétences, mais que j’ai toujours trouvé passionnants.

La dernière fois, comme vous l’avez peut-être lu, c’était une bête règle mathématique apprise depuis le primaire qui m’occupait l’esprit et que je remettais en question. Finalement, il me semble avoir trouvé la réponse je ne sais plus où en rapprochant la règle de commutativité et celle de la priorité des opérations. Je crois que la multiplication et la division l’emportent sur l’addition et la soustraction – lorsqu’on enlève les parenthèses – parce que sinon on risquerait, suivant la lecture que l’on fait de l’opération, de violer la loi de commutativité. D’où cette règle apprise par coeur de calculer en priorité les multiplications et les divisions.

Aujourd’hui, autre sujet: je m’en vais vous parler du Temps. Celui qui passe si vite (sauf quand on regarde Cyril Hanouna), celui qui est relatif, celui qui est impalpable, celui qui est intrinsèquement lié à l’espace depuis Einstein. Celui qui m’intrigue depuis longtemps car j’ai toujours eu du mal à réellement intégrer le fait qu’il soit relatif – j’imagine que je ne suis pas le seul, cela dit.

Nous autres humains voyons le temps comme un « truc » ayant un début et une fin, et s’écoulant suivant un rythme que nous connaissons bien (seconde, minute, heure, jour, année..). Au-delà du siècle, ça commence déjà à devenir un peu plus théorique puisque peu nombreux sont ceux qui ont plus de 100 ans.  Si je vous parle de l’an 1200, là notre cerveau ne peut déjà plus vraiment « quantifier » ce que représentent réellement 800 ans. Alors lorsqu’on parle de l’univers et de ses milliards d’années…Ca reste purement théorique pour nous. Lire la suite « Sur la nature physique du Temps – cosmologie de comptoir »