Le Blog de Nicolas Beretti

Avec de l'entrepreneur et de l'auteur à l'intérieur


Poster un commentaire

Vous êtes nuls en estimation

– « Oh, à vue de nez je n’en ai plus que pour 20 ou 30 minutes! »

2 heures plus tard, vous y êtes encore.

Nous autres humains sommes terriblement nuls en estimation. Durée, coût, complexité, horaires…la plupart du temps, même dans les situations les plus simples (« faire un brin de ménage de 15 minutes » qui durera tout le dimanche après-midi), notre faculté à estimer combien de temps telle tâche prendra est catastrophique.

Nous estimons toujours au mieux, rarement au pire

Nous anticipons toujours l’avenir selon le scénario le plus positif. Ca doit être un biais cognitif humain qui s’explique peut-être par l’inéluctabilité de la mort: bien que très répandue, mourir n’est pas une activité réjouissante. Du coup nous choisissons de l’occulter et de vivre comme si nous étions éternels. Ce faisant, on pose comme postulat que « ça ira mieux demain ». Après tout, c’est vrai: à quoi bon vivre si on sait à l’avance que c’est de pire en pire et qu’on meurt à la fin? Ce biais cognitif d’optimisme est peut-être finalement une sorte de pulsion de vie qui nous aveugle.  Lire la suite

Publicités


2 Commentaires

Faire un business plan ou tirer les cartes ?

NB

Eh non, le monde ne rentre pas dans un fichier Excel

Planifier c’est deviner

A moins d’être un diseur de bonne aventure, les business plans de long terme sont pure fantaisie. Tout le monde le sait, mais tout le monde exige un business plan quand même – si possible avec des hypothèses basses, hautes et moyennes. Et votre fichier Excel doit prendre en considération tous les paramètres possible, et vous mouliner des hypothèses de chiffre d’affaires et de marges brutes.

Blague ! Le monde ne rentre ni dans une liste à puce, ni dans un fichier Excel.  Lire la suite


1 commentaire

« Apprendre de ses erreurs » (et autres stupidités bien-pensantes)

Image

Dans le monde du business, il est une idée devenue quasiment Loi: il faut apprendre de ses erreurs. Si cette logique trouve ses limites dans la pratique du parachute par exemple, on trouve en revanche nombre de coachs et d’auteurs rabâcher à chaque occasion que plus on fait des erreurs, meilleur on devient.  Lire la suite