Frères d’armes

Capture d’écran 2019-11-03 à 16.12.31

{Note : j’avais cet article en tête depuis longtemps. Je ne m’étais pas autorisé à l’écrire avant, et encore moins à le publier, parce que d’une part c’est difficile de partager ses vulnérabilités, et d’autre part je ne veux surtout pas que ce blog tombe dans le pathos du type qui se plaint et parle de son petit nombril. Mais c’est un article impossible à écrire sans se dévoiler, au moins un petit peu. Et je crois qu’il y a quelque temps, si j’étais tombé sur ces quelques lignes, ça m’aurait fait du bien. Donc si ces mots réconfortent ou donnent un peu d’espoir à ceux qui n’en ont plus, tant mieux. A vous qui êtes dans les ténèbres en ce moment, courage. Tenez bon. Il fait toujours plus sombre juste avant l’aube.}

*****

Tous les humains ont plus ou moins un truc qui cloche. Tous. Parfois, une période de paix peut s’installer, et alors tout va bien ; mais la plupart du temps, en silence, sans s’épancher sur les réseaux sociaux, les gens luttent contre leurs démons. On oublie souvent à quel point chacun d’entre nous mène un combat intérieur. A quel point chacun est un soldat de la vie, en première ligne sur le front de ses propres batailles. Personne ne s’en vante jamais, et personne ou presque ne partage ses peurs, ses névroses, ou ses blessures les plus profondes sur les réseaux sociaux. On fait même plutôt l’inverse. Alors forcément, on finit par oublier qu’elles existent et qu’elles nous concernent tous. Et ça, c’est problématique.

Lire la suite « Frères d’armes »

« Il y aura toujours un bol de soupe à la maison, fiston »

Il y a bien longtemps, au début de mes aventures entrepreneuriales, les choses ne marchaient pas vraiment comme je l’avais anticipé (évidemment). Après mes études, ma famille, globalement, me poussait à trouver un travail pour plus de sécurité. Ils m’avaient vus, après le bac, tenter la création d’entreprise, qui n’a rien donné à l’époque (mais on a bien rigolé), et ça n’avait pas dû contribuer à les rassurer quant à une nouvelle tentative de ma part. 

J’ai donc tenté le salariat dans une agence de com interne ; je n’ai pas supporté ma première heure, ni les 15 jours suivants, et je suis finalement parti à la 3ème semaine. Ils étaient adorables, mais m’asseoir devant un écran à travailler toute la journée sur des trucs que je n’avais pas conçus, c’était pour moi impossible. Donc je suis reparti à zéro concernant l’envie de monter une boîte, et à ce moment-là, mon père, comprenant que je le ferai de toutes façons, et face à l’incertitude de ma réussite, m’a dit quelque chose d’anodin mais qui, rétrospectivement, a eu un énorme impact sur moi : Lire la suite « « Il y aura toujours un bol de soupe à la maison, fiston » »

COP23, BD et pingouin

Si vous ne connaissez pas la super newsletter TTSO (Time To Sign Off), filez d’abord vous abonner (et revenez ici ensuite – sinon j’ai l’air flan).

Chez TTSO, en plus d’être marrants, ils sont plutôt actifs sur les questions de l’environnement, donc ça me parle, vous pensez bien. Alors en lisant la newsletter d’hier, et étant toujours à la recherche d’un prétexte pour dessiner pendant le boulot, ça m’a donné l’envie de mettre en BD leur judicieux petit texte (que vous retrouverez ici).

J’avais peu de temps pour dessiner, donc vous pardonnerez l’écriture brouillonne et les ratures, ça a été fait rapidos…

23509454_10155416972482415_3552246426913100811_o
C’est le premier pingouin que je dessine. Jsais pas trop si c’est comme ça. On fait avec hein.

Pensée du matin

from-toolsoftitans

Encore une perle trouvée dans Tools Of Titans. Celle-là m’a jailli au visage ce matin, donc je vous la partage. Ca m’a fait penser à l’impression d’être à poils lors du TEDx notamment…

Neil Gaiman est un auteur anglais qui vit aux USA. Il a écrit plein de choses dont certaines que vous connaissez. Et il a plein de cheveux.

Citation du dimanche

– 70 mots, lu en 1 minute

from-toolsoftitans-nicolasberetti

Trouvée dans Tools of Titans, le dernier livre de Tim Ferriss, p. 161.

Christopher Sommer est un des coachs de l’équipe nationale de gymnastique américaine, et aussi le coach personnel de Tim Ferriss – quand on a les moyens, autant se payer les meilleurs profs.

J’ai acheté le bouquin, il est top. Chaque personne interviewée par Tim fait l’objet de 2 à 4 pages maximum, à lire comme un shot de café – pour l’esprit.

Challenge: m’expliquer ce truc bizarre

Dimanche dernier, j’ai filmé ma tasse de café.

Non pas parce que le sujet était en soi particulièrement intéressant, ni parce que je suis devenu fou (encore que…), mais parce qu’elle faisait un bruit bizarre. Et je n’ai pas réussi à m’expliquer la raison de ce bruit bizarre. Comme je n’ai pas la moindre idée de qui aller voir pour trouver une réponse, je me suis dit: je vais poser la question à mes lecteurs, peut-être parmi vous quelqu’un pourra m’expliquer le pourquoi du comment. 

Voilà les conditions initiales de l’expérience, si vous voulez les reproduire chez vous et me dire si vous aussi ça vous le fait.

1. Le mystère de la tasse de café: Conditions Initiales de l’expérience

Je me suis fait un café. J’ai mis un demi sucre dedans. J’ai pris une petite cuillère en bois. Pendant que je pensais à autre chose, j’ai machinalement tapoté ma cuillère dans le fond de la tasse. A ce moment, voilà le bruit que j’ai entendu (mettez le volume à fond):

Vous noterez que le son de la cuillère est peu ou prou le même pour chaque impact, nonobstant ma propre irrégularité de frappe. En recommençant, j’entendais à chaque fois le même son.

Maintenant, que se passe-t-il si je touille le café avant de tapoter avec la cuillère ? Observons ensemble.

Notons aussi que le suspense de cet article est à la limite de l’insoutenable.

2. Le mystère de la tasse de café: modification des Conditions Initiales de l’expérience

Même tasse, même cuillère, même tapotement de cuillère, simplement, avant de tapoter le fond de la tasse, je touille délicatement mon café (à ce stade, je crois qu’il était déjà froid tellement j’ai passé de temps à le touiller).

Ecoutez le son produit alors par la cuillère:

Soit je suis fou, soit on entend clairement que le son monte dans les aigües, non ? J’ai reproduit 10 fois le truc (je sais, mon dimanche était calme…), à chaque fois ça recommençait. Vous touillez, paf, le son est modifié et monte vers les aigües. Vous ne touillez pas, il reste sagement le même.

J’imagine qu’il doit y avoir ici une histoire de différence de vitesse de propagation des ondes sonores (effet Doppler ? Diffraction sonore ? Je sais même pas si ce dernier terme existe?), mais quand même, ça me titille depuis. 

Le monde est fascinant et mystérieux en fait, même dans une simple tasse de café. 

PS: le premier qui m’explique le truc dans les commentaires gagne un exemplaire dédicacé avec un dessin original, ce dernier incluant a minima une tasse à café du coup. Pour l’exemplaire dédicacé, je parlais de l’un de mes deux livres, parce que si vous voulez un autre bouquin, d’une ce n’est plus une dédicace, et de deux, ça me vexerait comme un pou. Il doit exister d’ailleurs un autre mot pour parler d’une dédicace faite sur un livre que vous n’avez pas écrit, mais je ne le connais pas…Mais diantre, comme le monde est mystérieux, c’est dingue ! 

PS 2: idem pour le premier lecteur qui arrive à me donner une astuce pour arrêter le sucre dans le café. J’ai essayé, tenu 17 jours, et chaque jour le café devenait plus dégueulasse, alors que tout le monde me disait que j’allais m’habituer rapidement. Que dalle ! Mais si je pouvais arrêter le sucre dans le café, j’éviterais à mon corps d’ingurgiter au bas mot 1 440 morceaux de sucre par an, soit près de 7kg en moins. Ce serait pas mal vu la quantité astronomique qu’on mange par ailleurs.